Accueil Série TV Rose et équité salariale maintenant – IndieWire

Rose et équité salariale maintenant – IndieWire

0
Rose et équité salariale maintenant – IndieWire

À l’approche des Oscars, vous auriez facilement pu confondre la 26e édition des Costume Designers Guild Awards avec une soirée « Barbie » de fin de saison. Mais les touches de rose, de magenta et de fuchsia qui ont accueilli les lauréats et les invités de la NeueueHouse à Hollywood le 21 février n’étaient pas un clin d’œil à l’offre d’un milliard de dollars pour le meilleur film ; ils envoyaient un message à l’AMPTP.

« Nous luttons pour l’équité salariale avec des chefs de département créatifs qui sont pour la plupart des hommes », a déclaré Ariyela Wald-Cohain à IndieWire. La costumière est l’un des quatre artisans qui animent le comité directeur de l’équité salariale de CDG. Ses coprésidents Whitney Anne Adams, Danielle Launzel et Daniel Selon étaient également présents – arborant des motifs rose vif avec des emblèmes annonçant leur lutte syndicale.

« Notre guilde est composée à 87 pour cent de femmes, et nous pensons que c’est parce que la création de costumes est considérée comme un ‘travail de femme’ que nous n’obtenons pas un salaire égal », a déclaré Wald-Cohain. « Nos métiers sont sensiblement similaires, et nous parlons spécifiquement de décorateurs et de directeurs artistiques. »

SYDNEY, AUSTRALIE - 03 JUILLET : Tom Cruise assiste à la première australienne de "Mission : Impossible - Dead Reckoning, première partie" présenté par Paramount Pictures et Skydance à l'ICC Sydney le 3 juillet 2023, à Sydney, en Australie.  (Photo par Rocket K/Getty Images pour Paramount Pictures)
"Demon Slayer : Kimetsu no Yaiba — À l'entraînement Hashira"

« Nous devons le faire maintenant parce que l’écart salarial ne cesse de se creuser chaque année », a déclaré Adams. Le CDG, qui a élargi sa campagne #NakedWithoutUs en lançant l’initiative Pay Equity Now en janvier, affirme que les costumiers sont payés près de 30 pour cent de moins que les chefs de service créatifs à majorité masculine lorsqu’ils travaillent une semaine de 60 heures. Et ce, malgré le fait que, selon les membres du CDG, le travail nécessite une préparation, un travail et une construction d’équipe similaires, avec des résultats qui ont un impact considérable sur le succès d’une production.

« L’une des principales choses que nous souhaitons souligner est à quel point nous façonnons la culture et à quel point nous avons une influence sur tout ce que tout le monde achète », a déclaré Adams. « Notre travail est très important du point de vue de la narration, mais il est également important pour la culture dans son ensemble. »

La cérémonie annuelle de remise des prix – récompensant les meilleurs costumes dans les domaines du cinéma, de la télévision et de la narration courte, avec une nouvelle catégorie ajoutée cette année pour honorer l’illustration des costumes – a eu lieu moins de deux semaines avant le début des négociations entre l’Alliance des Les producteurs de cinéma et de télévision (AMPTP) et l’Alliance internationale des employés de scène de théâtre (IATSE), le lundi 4 mars.

(De gauche à droite) : Terry Gordon, Brigitta Romanov, Wendi McLendon-Covey

La menace de nouvelles grèves se profile alors que divers groupes convergent vers les producteurs pour exiger des changements de la part de l’industrie du divertissement. Les représentants de l’AMPTP n’ont fait aucun commentaire.

Les grèves de la SAG-AFTRA et de la WGA de l’année dernière ont été plus simples que ne le sera le cycle de négociation de 2024, mais les conflits du travail devraient exercer une pression tout aussi forte sur Hollywood. La CDG est l’une des 13 guildes locales qui se rendront à la table de négociation pour négocier l’accord de base de l’IATSE le mois prochain, et la parité salariale pour les membres de la CDG n’est qu’un des sujets de cette discussion. L’IATSE s’associe simultanément à la section locale 399 des Teamsters et aux syndicats des métiers de base pour négocier conjointement le régime de retraite et de santé de l’industrie cinématographique ; les groupes négocieront séparément sur d’autres questions.

Pourtant, la disparité salariale entre les hommes et les femmes à Hollywood a occupé le devant de la scène lors de la soirée de remise des prix, et le CDG a délivré un message clair. La présidente Terry Gordon a ouvert la cérémonie de sa guilde avec une vidéo de la présidente de la SAG-AFTRA, Fran Drescher (la créatrice et l’acteur ont travaillé ensemble sur « The Nanny »), qui a encouragé les membres à rester forts dans leur combat et à s’appuyer sur leurs collègues créatifs syndiqués. La directrice générale du CDG, Brigitta Romanov, a fait écho aux déclarations de l’actrice.

« Réaffirmons notre engagement dans la lutte continue pour la justice, l’égalité et la dignité de tous les travailleurs – et pour un avenir où chaque travailleur sera traité avec le respect et la dignité qu’il mérite », a-t-elle déclaré. Romanov portait une robe rose coquille brillante sur le podium, mais une cape à motifs d’équité salariale sur le tapis rouge ; Gordon portait une robe d’un rose violet plus profond (une teinte métallique que ce journaliste ne peut pas nommer, mais n’importe qui pourrait sûrement le nommer).

« Nous avons un historique de disparité entre les sexes et donc une inégalité salariale parmi les costumiers, les assistants costumiers et les illustrateurs de costumes, et c’est parce que le travail du département des costumes est considéré comme un travail de ‘col rose' », a déclaré Selon à IndieWire. « Mais ce n’est pas vrai ; c’est une vieille nouvelle. C’est une vieille façon de penser et nous entrons dans une nouvelle époque.

Seul homme coprésident du comité directeur sur l’équité salariale, Selon a décrit un lien émotionnel avec son métier et un sentiment de responsabilité envers ses pairs.

« Ce que je peux apporter, c’est ce qui m’est inconsciemment donné. Ce que j’obtiens, c’est exactement ce qui est refusé à mes pairs féminines, à savoir le respect et un salaire plus élevé », a-t-il déclaré, faisant un clin d’œil aux problèmes de genre qui persistent même au sein du CDG. « Il existe de nombreuses costumières talentueuses, mais je sais qu’elles doivent travailler deux fois plus dur pour réaliser ce qu’un costumier masculin réalise. Et ce n’est pas juste, et nous cherchons à changer cela, et nous changeons cela.

(De gauche à droite) : Daniel Selon, Whitney Anne Adams, Ariyela Wald-Cohain et Danielle Launzel

Alors que des conversations difficiles s’intensifient à la table de négociation – et en privé entre producteurs et designers établis opérant déjà au-dessus du taux de salaire de base sur lequel se dispute la CDG – la pression pour attirer l’attention sur la parité salariale augmente.

Le communiqué de presse de janvier de Pay Equity Now explique : « Un écart salarial important entre les sexes continue de se creuser chaque année avec les augmentations négociées du coût de la vie de l’AMPTP. Lorsque chaque taux de l’échelle IATSE obtient le même pourcentage d’augmentation annuelle, cela se traduit par une disparité beaucoup plus grande entre les postes au fil du temps. S’il est vrai que les costumiers et, par exemple, les décorateurs ne peuvent pas rêver de retraites comparables, c’est un problème pour les créatifs du plus haut niveau de l’art.

«Je dois admettre que, alors que je me préparais à faire ce spectacle, j’ai été stupéfaite d’apprendre les inégalités dans l’échelle salariale des costumiers», a déclaré l’animatrice Wendi McLendon-Covey. «Ensuite, j’ai creusé un peu et j’ai réalisé : ‘Oh oui, c’est parce que c’est un domaine dominé par les femmes.’ Et mon Dieu, je détester les clichés. » L’actrice portait un costume rose et a dévoilé un t-shirt Pay Equity Now sous les applaudissements. Notamment, le CDG milite depuis longtemps en faveur de la parité salariale à travers la mode ; La créatrice Jenny Beavan avait même un embellissement « Naked Without Us » sur sa manche lorsqu’elle a remporté l’Oscar pour « Cruella » en 2022.

HOLLYWOOD, CALIFORNIE - 21 FÉVRIER : Doug Boney, Ivy Heather Thaide, Catherine Adair et David Matwijkow assistent à la 26e édition des Costume Designers Guild Awards à NeueHouse Hollywood le 21 février 2024 à Hollywood, Californie.  (Photo par Elyse Jankowski/WireImage)(De gauche à droite) : Doug Boney, Ivy Heather Thaide, Catherine Adair et David MatwijkowFilImage

Annette Bening, qui n’était pas présente, a reçu le prix Spotlight pour son appréciation et sa défense de la conception de costumes tout au long de sa carrière. La star de « Nyad » préside le conseil d’administration du Entertainment Community Fund, qui offre une aide financière et des ressources en matière de santé mentale aux acteurs et autres créatifs pendant les conflits de travail. Elle a envoyé des remarques, lues par McLendon Covey.

« Alors que l’IATSE se présentera au comité de négociation plus tard cette année, nous sommes là pour vous », a écrit Bening. « Parce que lorsqu’il s’agit de concevoir des costumes, il ne s’agit pas seulement de trouver la bonne robe pour un personnage ; il s’agit d’avoir la force de caractère nécessaire pour aborder les problèmes qui garantissent la capacité de vivre sa vie en tant que professionnel créatif.

Le soutien de partisans de premier plan – comme, par exemple, une candidate de la meilleure actrice – peut s’avérer essentiel pour que les artisans obtiennent du pouvoir sur les producteurs pendant les négociations.

« Avec les acteurs, c’est difficile parce que tout le monde leur demande de faire quelque chose. Tout le monde demande leur soutien parce qu’ils ont une voix si forte », a déclaré à IndieWire Launzel, le quatrième des coprésidents du comité. « Mais le plus grand compliment que l’on puisse recevoir, c’est lorsqu’un acteur entre dans la pièce, que vous l’habillez et qu’il vous dit : ‘Oh ! Maintenant, Je sais qui est ce personnage.’

(De gauche à droite) : Mynka Draper, Julie Vogel, Shirley Kurata

Arborant un smoking Gaultier vintage unijambiste et manchot – avec une ceinture et un chapeau pour l’équité salariale nouvellement confectionnés – la costumière Mandi Line a commenté le manque de travail pendant les grèves (« Je portais ça il y a huit ans… mais nous devons être sur le budget ! ») et ont signalé une meilleure rémunération pour les costumiers sur les productions au Canada et en Allemagne. La possibilité que des artistes fuient Hollywood pour les marchés internationaux fait l’objet d’une conversation animée parmi les producteurs.

« Les costumiers transposent vraiment l’histoire à l’écran ; nous sommes des conteurs au-delà de tout », a déclaré Line. « Je dois travailler 16 ou 18 heures, mais je veux être payé le même salaire qu’un décorateur. Il est juste temps. En fin de compte, il ne s’agit pas d’être en colère, d’être laid ou de se battre – il est juste temps d’être payé ce que nous méritons.

«Nous sommes beaucoup moins payés parce que notre travail est réservé aux femmes», a déclaré Erica D. Schwartz, une assistante costumière qui portait une immense robe de bal inspirée des drag queens, confectionnée en tissu Pay Equity Now. « Nous luttons pour l’équité salariale parce que c’est la loiet nous ne l’avons pas obtenu depuis des décennies.

HOLLYWOOD, CALIFORNIE - 21 FÉVRIER : Trayce Gigi Field participe à la 26e édition annuelle des Costume Designers Guild Awards à NeueHouse Hollywood le 21 février 2024 à Hollywood, Californie.  (Photo par Amy Sussman/Getty Images)Champ Trayce GigiGetty Images

Même malgré cette frustration, il y avait toujours une passion palpable pour le métier.

« Je n’allais pas venir ce soir parce que je suis tellement stressée à propos d’un costume. Je peux à peine réfléchir », a déclaré B. Åkerlund, lauréate de l’excellence en conception de formulaires courts, dans son discours de remerciement. La créatrice a remporté le prix pour son court métrage avec Madonna et Vanity Fair, vêtue d’une robe bouffante rose et de boucles d’oreilles Pay Equity Now.

« Mais ensuite je me suis dit : ‘Hé, je travaille très dur et j’apprécie tous ceux qui ont voté pour moi.’ Et nous devons nous rappeler de nous récompenser car je mets toujours mon travail devant moi. Me voici donc. Je vais remporter le prix et je vais retourner à mon travail.

À l’inverse, en remportant le tout premier CDGA pour l’excellence en illustration de costumes, le visionnaire de « Rebel Moon » Jason Pastana a ponctué son acceptation en rappelant au public qu’il avait besoin de travail.

(De gauche à droite) : Shangela, Rochelle Carino

Jacqueline Duran a décroché la statuette CDGA d’excellence en film de science-fiction/fantastique pour « Barbie » – ironiquement vêtue de noir. Interrogée sur l’utilisation du rose par la guilde et sur la Barbie, Launzel a répondu qu’elle n’avait pas vraiment mis en relation Pay Equity Now et le film Mattel.

« Mais je dirai que toute la conversation autour du monologue et du personnage d’America Ferrara explique exactement ce que nous faisons et ce que nous ressentons à propos de ce que nous faisons », a déclaré le designer. « Être une femme est une belle chose, mais c’est aussi vraiment effroyable dur. Et si j’étais un homme, je pourrais dire putain.

Interrogée de la même manière, Line a enlevé son chapeau qu’elle avait fabriqué elle-même. La costumière a les cheveux roses courts depuis des années et ne cite pas Mattel mais Janelle Monáe comme source d’inspiration.

« Le rose, dit-elle, est ma couleur préférée. »