Accueil Série TV Récapitulatif de l’épisode 4 de la saison 1 de New Look

Récapitulatif de l’épisode 4 de la saison 1 de New Look

0
Récapitulatif de l’épisode 4 de la saison 1 de New Look

Résumé

Ben Mendelsohn est magistral dans « What A Difference », car un Paris nouvellement libéré s’avère presque aussi dangereux et traumatisant qu’il l’était lorsque les nazis étaient au pouvoir.

La bonne nouvelle, c’est que Paris est libéré. La mauvaise nouvelle est que le long spectre des nazis plane toujours sur la capitale française, la jubilation et les réjouissances côtoient la paranoïa, les préjugés et la dépravation. Épisode 4 de Le nouveau look a une ambiance légèrement différente de celle des trois premières, la saison 1 ayant déjà abandonné ses accessoires de thriller de guerre – lisez cela comme si John Malkovich le disait dans son Aristochats accent – ​​et parler plus explicitement de la mode. Mais c’est toujours une télévision très sombre et toujours captivante.

Récapitulatif de l’épisode 4 de la saison 1 de New Look

Comme d’habitude, « What A Difference » est divisé plus ou moins également entre deux intrigues concurrentes, l’une impliquant Coco Chanel et l’autre Christian Dior. À ce stade, cependant, il est difficile de prétendre que Christian est devenu le « héros », pour ainsi dire, sans l’ambiguïté morale égoïste de Coco. Là encore, comme cet épisode le montre clairement, leurs circonstances sont très différentes.

Qui est Arletty ? Était-elle une vraie actrice ?

Commençons par Coco. Les nazis ayant quitté Paris, elle a maintenant rouvert sa boutique avec un grand succès, organisant des fêtes, pressant la chair et s’amusant bien – même si, surtout, sans révéler à personne les détails de la façon dont elle a repris le contrôle financier de l’entreprise ou pourquoi le baron a été arrêté pour avoir collaboré à Épisode 3. Même André n’est pas au courant de ce détail particulier.

Mais il devient vite évident que Paris reste très dangereux pour les femmes, même celles qui réussissent. « What A Difference » introduit un nouveau personnage pour faire valoir ce point, la véritable actrice française Arletty. Bien qu’elle ait refusé de jouer dans des films de propagande nazie, elle a néanmoins noué une liaison avec un officier allemand – son nom était Hans-Jürgen Soehring, bien que cela ne soit pas mentionné dans la série – ce qui lui a valu sa célèbre citation « Mon cœur est Français mais mon cul est international », et problématiquement une accusation de trahison.

Les nazis ont été remplacés par les Forces françaises de l’intérieur, qui ont pris l’habitude de faire défiler dans la rue des femmes au crâne rasé avec des croix gammées dessinées sur la tête, les battant à la vue du public pour leur collaboration. Et son seulement femmes, note Coco à un moment donné, les nombreux policiers français qui ont également facilité l’occupation nazie s’en étant apparemment tirés à bon compte. Arletty est finalement arrêtée et se fait couper les cheveux en public, ce qui est assez essentiel à l’arc de Coco puisque les FFI ont également les yeux rivés sur elle.

Malcolm Muggeridge, MI6, et cette interview avec Coco Chanel

Les FFI travaillent avec les services secrets britanniques et, même s’ils savent exactement ce que Coco faisait pendant l’occupation, ils n’ont aucune preuve pour le prouver et ont peur que Churchill leur fasse du chagrin pour avoir harcelé ses amis. Environ cinq minutes après avoir arrêté Coco pour collaboration, ils sont obligés de la libérer car Winston est déjà au téléphone.

Une approche plus avisée est alors nécessaire. À cette fin, ils utilisent Oscar Davies, l’ami d’André à Cambridge, pour présenter Coco à Malcolm Muggeridge, un autre journaliste et satiriste qui a joué le rôle d’espion pour le gouvernement britannique pendant la guerre. Le plan est d’amener Coco à une interview révélatrice avec Muggeridge qui la révélera par inadvertance en tant que collaboratrice. Si les informations sont suffisamment accablantes, ce sera trop embarrassant pour Churchill de la défendre publiquement.

Coco, sous la pression d’Oscar et d’André, accepte finalement une interview avec Muggeridge. Elle arrive même à mi-chemin et est sur le point de révéler le nom de son amant nazi lorsqu’André intervient et l’entraîne. Il s’avère qu’Oscar était un collaborateur des nazis et subit des pressions du MI6 pour qu’il travaille pour eux en échange d’une table rase. S’il ne peut pas incriminer Coco, il est censé incriminer André à la place, et c’est un pont trop loin pour lui. Il devient très ivre et avoue tout à André juste à temps pour qu’il puisse écourter l’entretien, puis il se suicide aussitôt.

Alors que Paris lui est hostile, Coco exige qu’elle, André et Gabrielle partent. La dernière fois que nous les voyons, ils se trouvent à la frontière franco-suisse.

Théâtre de la Mode

Pendant ce temps, Christian Dior a du mal à gérer le sort de Catherine. Il prend la décision idiote de fréquenter Madame Delahaye, une voyante, et c’est établi dès Épisode 1 ce chrétien aime beaucoup ce genre de choses. Delahaye lui dit que quelqu’un qu’il aime est piégé – effrayant ! – et qu’elle le voit tenir un bébé dans ses bras, ce qui sera payant plus tard.

En attendant, Christian a du travail à accomplir. Pour sauver la couture française, Lucien a imaginé un plan directeur : Théâtre de la Mode, ou « Théâtre de la Mode », une exposition qui se tiendra au Louvre et réunira tous les grands créateurs de mode parisiens. Cependant, comme il reste à peine assez de tissu à Paris pour qu’une seule maison de couture puisse survivre, l’exposition sera à l’échelle 1/3, avec les différentes robes et robes ornant toutes de minuscules mannequins en fil de fer. Pierre Balmain est presque ridiculement opposé à cette idée et souhaite fonder sa propre maison avec Christian.

Mais Christian n’arrive pas à se concentrer. Il est particulièrement bouleversé quand Hervé lui rappelle qu’il n’a pas parlé à son père du sort de Catherine, alors il finit par trouver le courage de le faire. Dans une scène écrasante, son père lui reproche entièrement la capture de Catherine – nous ne la voyons pas du tout dans cet épisode, mais les rumeurs de « marches de la mort » nazies sont monnaie courante alors que les Alliés se rapprochent de l’Allemagne – et suggère que sa créativité en est responsable. car il n’est pas un vrai homme ou un grand frère compétent.

Inutile de dire que cela n’incite pas Christian à créer des robes. Il dit à Lucien qu’il démissionne et décide de quitter complètement Paris.

Comment se termine l’épisode 4 de la saison 1 de The New Look ?

Bien sûr, nous avons tous entendu parler de Christian Dior, donc cela n’arrive évidemment pas. Alors que Christian trouve le courage de partir, il aperçoit par hasard une femme abandonnant un bébé devant une église voisine. Avant que les religieuses ne l’acceptent, Christian le ramasse et le roucoule, mettant ainsi à exécution la prophétie de Madame Delahaye. Renversé, Christian lui rend visite et lui demande si Catherine est en vie. Il est rassuré qu’elle l’est, mais qu’elle ne pourra le retrouver que s’il retrouve sa vie. Son œuvre sera son salut.

L’épisode se termine avec quelques informations sur Théâtre de la Mode, qui attire 100 000 visiteurs et redonne espoir à la France. De nombreux créateurs ont participé, dont Balenciaga, Lelong, Fath, Balmain – a-t-il changé d’avis ? — et Cartier. Mais ce sont deux robes qui ont reçu le plus d’éloges. Tous deux ont été conçus par Christian Dior.

Qu’avez-vous pensé de The New Look Saison 1 Episode 4 ? Faites le nous savoir dans les commentaires.

EN RAPPORT:

Article précédent Liste des gagnants des VES Awards 2024
Article suivant Pourquoi le « Texas Hold ‘Em » de Beyoncé a pris le contrôle de TikTok
Salut à tous les passionnés de séries TV ! Mon amour pour les histoires a toujours été au cœur de ma vie, et aujourd'hui, je suis ravie de partager cette passion avec vous sur notre plateforme dédiée aux séries TV et à l'actualité du monde du petit écran. En dehors de l'écran, je m'investis dans des projets visant à promouvoir la diversité et l'inclusion dans l'industrie du divertissement. Pour moi, l'art doit refléter la richesse de notre société. À la trentaine, je continue de m'épanouir dans l'écriture et l'exploration de nouveaux horizons narratifs. Mon objectif est de partager avec vous les dernières informations sur vos séries préférées !