Accueil Jeux vidéos Revue The Thaumaturge : Un RPG ambitieux qui est un diamant brut

Revue The Thaumaturge : Un RPG ambitieux qui est un diamant brut

0
Revue The Thaumaturge : Un RPG ambitieux qui est un diamant brut

Le Thaumaturge existe dans une Varsovie alternative de 1905, où je ne peux aller nulle part sans que quelques soldats essaient de m’agresser à cause de mes belles bottes chaudes, et pour aggraver les choses, je joue un gars à l’air épuisé qui n’arrête pas de se parler. Ce monde de RPG n’a pas le même attrait immédiat qu’un royaume fantastique comme La porte de Baldur 3C’est Faerûn, mais une fois que j’ai commencé à creuser, je trouve un trésor d’écritures géniales et de choix convaincants.

Le jeu commence par un court tutoriel qui nous présente Wiktor Szulski, notre fier protagoniste. Wiktor est un Thaumaturge, un mage qui invoque des rites anciens pour lier à sa volonté des entités spectrales et des cryptides appelés salutateurs. C’est aussi une sorte de connard ; les seules personnes dont il est proche sont sa sœur bien-aimée et son nouveau copain Raspoutine. (Oui, que Raspoutine.) Alors que le didacticiel se déroule dans un petit village, permettant au joueur de découvrir les compétences de Wiktor dans un environnement sans pression, je me dirige bientôt vers Varsovie pour enquêter sur un mystère aux enjeux bien plus importants.

Chaque fois qu’un jeu me lance un tas de noms propres et de mécanismes, il y a toujours le risque que je manque quelque chose. Heureusement, Fool’s Theory, le développeur de Le Thaumaturge, fait un bon travail en introduisant les concepts de manière naturelle. C’est le genre de jeu que j’ai pu parcourir en quelques longues sessions parce que j’avais toujours hâte de parler à une personne de plus, de trouver une conclusion de plus, de résoudre une quête de plus.

Un terrible monstre connu sous le nom de saluteur attaque un homme.  La créature est sans yeux, mais possède une gueule de dents, des bras et des mains humains, ainsi qu'un ensemble de crochets et de chaînes.

Image : Fool’s Theory/Studios 11 bits

L’utilisation des pouvoirs de Thaumaturge de Wiktor constitue une grande partie du jeu. Certains objets laissent une Trace, un marqueur de leur propriétaire et un excellent moyen de retrouver des preuves tout au long de l’histoire. Par exemple, pendant le didacticiel, j’ai trouvé une tache de sang vieille d’un an répandue sur un sol brûlé. Il suffit d’y jeter un coup d’œil pour me dire comment la personne est décédée, l’arme du crime et son état émotionnel à ce moment-là. Il est important que je traque ces mystères également, car dans cet univers, les mauvaises ondes sont plus qu’une simple expérience désagréable : elles sont carrément mortelles. Des défauts moraux majeurs attirent des salutateurs, qui menacent alors la population.

La comparaison la plus proche que je puisse faire ici est avec l’univers Witcher, une autre franchise paranormale polonaise. Les deux décrivent la vie banale, avec des gens préoccupés par des préoccupations « normales » comme la guerre, l’économie et leurs familles, mais ils vivent également côte à côte avec des monstres et de la magie. À un moment donné, je dois résoudre le mystère de la raison pour laquelle tout le monde dans une auberge est devenu follement meurtrier. Effectivement, après avoir creusé un peu, je trouve un fantôme maléfique. Geralt et Wiktor pourraient probablement prendre un verre et bavarder sur le business de la chasse aux monstres.

Dans cet univers, les thaumaturges doivent lier un salutateur à leur volonté pour le maintenir ancré. Cependant, Wiktor est un peu plus ambitieux que votre Thaumaturge moyen ; un peu comme un Ash Ketchum hagard, il veut tous les attraper. Je me retrouve finalement avec une demi-douzaine sous mes ordres, et ils sont visuellement frappants. Je commence par l’Upyr, une créature démoniaque de la mythologie slave qui ressemble à un squelette flottant enveloppé de lourdes fourrures et qui draine la santé d’un ennemi et soigne Wiktor. Mes ennemis ne peuvent pas le voir, mais j’aime le voir planer derrière mes ennemis avec son épée piquée.

Voici où Le Thaumaturge s’ouvre pour ressembler davantage à un RPG traditionnel, avec un style de combat rappelant les jeux Yakuza. Wiktor commence par se battre avec ses poings, et je peux choisir soit une attaque rapide, soit des coups plus lents mais plus puissants. Au fur et à mesure que je lie davantage de salutateurs à ma volonté, je peux les transformer en combat. Le Lelek est un étrange petit oiseau qui inflige folie et chaos à mes adversaires, tandis que le Bukavac est une grande bête osseuse enchaînée qui inflige des effets de dégâts cumulatifs à mes ennemis.

Wiktor, en vue isométrique, examine un couteau.  Ses pouvoirs de Thaumaturge lui donnent des informations à la fois sur l'état émotionnel et sur l'utilisation prévue du micro.  Il est entouré d'un nuage de puissance rouge.

Image : Fool’s Theory/Studios 11 bits

Mais même si Wiktor est un Thaumaturge, il ne peut pas résoudre tous les problèmes avec la magie ou les saluteurs. Il doit également servir de détective. Si je trouve toutes les preuves dont j’ai besoin, je peux tirer des conclusions qui ouvrent de nouvelles options de conversation. Je peux me débrouiller dans des situations avec une force brutale, mais si je veux la solution la plus propre possible, je dois regarder autour de moi. Certaines découvertes sont verrouillées derrière les écoles Thaumaturge, que je ne peux débloquer qu’en passant au niveau supérieur. Il y a toujours des choix à faire, et la plupart d’entre eux présentent des inconvénients.

Cela est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de Wiktor lui-même. Il a un « défaut », un défaut si grand qu’il risque d’attirer des applaudissements et de causer toutes sortes de problèmes. Il lutte contre la fierté, alors je reçois de nombreuses options de conversation marquées du petit symbole de fierté. Une dame me demande de m’agenouiller et d’attacher sa chaussure pour pouvoir avoir une conversation privée en douce ? Je peux le faire comme un gentleman, ou je peux lui reprocher de me traiter comme un laquais. Wiktor est très conscient de sa fierté et il découvre que d’autres personnes ont des défauts similaires : colère, cupidité, etc. Tout cela peut inspirer le mécontentement, la violence et l’arrivée de nouveaux salutateurs pour s’en prendre à la population innocente.

Plus je me livre à mon péché d’orgueil, plus les options de conversation s’ouvrent sur toute la ligne. C’est un exercice d’équilibre entre ne pas vouloir être un paillasson et ne pas vouloir perdre Wiktor entièrement à cause de sa malédiction. Il est particulièrement difficile d’être une personne gentille et patiente à Varsovie.

La ville est un personnage prospère, un lieu de contrastes et de conflits. Il y a des dépliants dans la rue encourageant les travailleurs à s’inscrire dans des syndicats et à s’organiser pour une journée de neuf heures, affichés à côté d’avertissements contre les thaumaturges maléfiques qu’il faut extirper, de peur qu’ils n’apportent les démons et le désespoir. La ville est tenue par le tsar russe, mais elle est composée de personnes diverses. Les marchands juifs font du commerce avec les citadins polonais qui n’apprécient pas que les soldats russes veillent par-dessus leurs épaules. Un milieu miteux de criminalité prospère, tandis que les riches de la ville profitent des salles de bal et des banquets. Wiktor est un étranger à Varsovie qui considère la ville avec mépris. La ville, à son tour, le traite avec méfiance.

Wiktor parle avec quelqu'un à Varsovie et a la possibilité de lui parler avec condescendance, nourrissant ainsi son péché de fierté.

Image : Fool’s Theory/Studios 11 bits

Le jeu s’ouvre même sur une reconnaissance des problèmes du monde réel auxquels il s’attaque avec sa narration. Ça lit:

Fool’s Theory est une équipe de personnes aux croyances, religions, orientations sexuelles et identités de genre diverses. Notre objectif est de raconter des histoires matures qui se veulent source de réflexion pour les joueurs. Nous tenons à souligner qu’en créant un jeu qui s’inspire autant du passé, nous ne pouvions pas laisser de côté la représentation de certaines attitudes et points de vue qui sont à juste titre considérés comme inacceptables aujourd’hui.

Il y a des moments où cette philosophie d’écriture est choquante ; dès mon arrivée à Varsovie, je suis immédiatement accueilli par un agent du tsar qui divague contre les ennemis de l’État. C’est un sentiment laid, mais qui semble réel et ancré dans l’histoire, et cela m’a immédiatement motivé à regarder au-delà des préoccupations égoïstes de Wiktor et à commencer à aider ceux qui sont sous le règne malveillant du tsar.

Il y a cependant le problème du jank, auquel on peut s’attendre d’un jeu ambitieux réalisé par un petit studio. À un moment donné, toutes mes sauvegardes ont été corrompues par une mise à jour, ce qui était un peu pénible. J’ai même dû redémarrer le jeu plusieurs fois à cause de problèmes de mémoire. À plus petite échelle, certaines cinématiques semblent un peu précipitées et imprécises, avec des personnages traversant le terrain ou souffrant d’animations maladroites. Cela ne suffit jamais à gâcher l’ambiance, mais cela peut être irritant de temps en temps.

Cela dit, Le Thaumaturge parvient à faire un travail habile en tissant entre son histoire surnaturelle et le contexte de son cadre historique. Wiktor est un outsider et son détachement de la société lui permet de choisir son camp. J’ai choisi de le faire soutenir les syndicats et d’être un vrai camarade, mais le jeu a des tonnes de branches, y compris certaines où il tombe dans l’orgueil ou commet des péchés qu’il ne peut pas effacer. Ce sont les choix qui font Le Thaumaturge ça vaut le coup, même si je suis agacé par ses défauts techniques. Les pouvoirs de Wiktor, ses compétences de détective, sa fierté et ses valeurs sont autant de choses qui peuvent changer les décisions à prendre, et lorsque je fais un choix, cela semble important. Puisqu’il s’agit d’un RPG qui dure environ 25 heures, je suis déjà impatient de voir comment une deuxième partie change les choses. J’ai le sentiment, cependant, que peu importe mes efforts, quelque chose ça va terriblement mal tourner pour quelqu’un.

Le Thaumaturge est sorti le 4 mars sur PlayStation 5, PC Windows et Xbox Series X. Le jeu a été testé sur PC Windows à l’aide d’un code de téléchargement préliminaire fourni par les studios 11 bits. Vox Media a des partenariats d’affiliation. Ceux-ci n’influencent pas le contenu éditorial, bien que Vox Media puisse percevoir des commissions pour les produits achetés via des liens d’affiliation. Vous pouvez trouver des informations supplémentaires sur la politique d’éthique de Polygon ici.

Article précédent Sur qui est basé Supersex ? Émission Netflix explicite expliquée
Article suivant Léa Seydoux est une célébrité à Hollywood, mais affirme qu’être une femme à l’écran est plus facile en Europe
Salut à tous les gamers ! Je suis Robert Bertrand, un rédacteur web et passionné de jeux vidéo. Mon univers tourne autour des pixels, des manettes, et des aventures épiques qui font vibrer le monde du gaming. Doté d'une plume passionnée et d'une passion dévorante pour les jeux vidéo, j'ai navigué entre les lignes de codes et les univers virtuels. Mon parcours m'a amené à combiner ma passion pour l'écriture avec mon amour pour le gaming. En tant que rédacteur web spécialisé dans les jeux vidéo, je suis constamment à l'affût des dernières actualités, des sorties à ne pas manquer, et des tendances qui redéfinissent le paysage du gaming. Mon objectif est de partager avec vous des analyses approfondies et des recommandations éclairées. Parmi la multitude de jeux qui ont marqué mon parcours, "The Legend of Zelda: Ocarina of Time" reste mon incontestable favori. Cette aventure emblématique a marqué mon enfance, et la façon dont elle mélange narration immersive, exploration et bande son magistrale en fait une expérience qui résonne toujours profondément en moi.