Accueil Jeux vidéos Llamasoft : The Jeff Minter Story review — 43 jeux psychédéliques d’affilée

Llamasoft : The Jeff Minter Story review — 43 jeux psychédéliques d’affilée

0
Llamasoft : The Jeff Minter Story review — 43 jeux psychédéliques d’affilée

Llamasoft : l’histoire de Jeff Minter est un fascinant « documentaire interactif » de Digital Eclipse, qui appliquait auparavant le même format à Atari50, une célébration du 50e anniversaire des premiers jeux d’arcade et des jeux à domicile de la société légendaire. Comme Atari50, L’histoire de Jeff Minter rassemble une vaste gamme de jeux classiques jouables et soigneusement imités, et les met en contexte via une multitude de documents de base : clips vidéo, photographies, illustrations, documentation, et plus encore, le tout présenté via une chronologie interactive. Il y a une différence majeure : tout dans L’histoire de Jeff Minter est essentiellement l’œuvre d’un seul homme.

Jeff Minter est l’une des figures les plus durables et iconoclastes du développement de jeux indépendants, un tireur solitaire au style inimitable qui poursuit son propre agenda unique – un mélange de jeux d’arcade classiques, de psychédélisme trippant et d’animaux appartenant à la famille des ongulés – pour plus de 40 ans. Le codeur et concepteur autodidacte de 61 ans a atteint sa majorité au début des années 80 sur la scène informatique homebrew au Royaume-Uni et n’a tout simplement jamais abandonné cette façon de travailler. J’ai eu le plaisir de dresser le profil de Minter l’année dernière ; c’est un vrai personnage, avec une perspective à la fois poignante et rafraîchissante sur presque toute l’histoire du développement du jeu vidéo.

Llamasoft : l’histoire de Jeff Minter est un excellent moyen de connaître Minter et de mieux comprendre son travail. L’ensemble documentaire rassemble 42 jeux du début de sa carrière, entre 1981 et 1994, plus un remasterisé modernisé par l’équipe Digital Eclipse, Gridrunner remasterisé. La meilleure façon d’en profiter est d’explorer la chronologie interactive, de regarder les clips vidéo informatifs – réalisés par Paul Docherty, qui produit actuellement un long métrage documentaire sur Minter – et de se plonger dans les jeux de temps en temps au fur et à mesure.

J’ai cependant décidé de jouer les 43 matchs consécutivement, dans l’ordre chronologique.

C’est une façon très stupide d’aborder L’histoire de Jeff Minter. C’était parfois frustrant, répétitif et accablant. Les jeux Minter vont très difficile : une vitesse brutale, des idées de gameplay stimulantes, des visuels époustouflants et un surréalisme débridé sont la norme. De plus, la plupart des premiers jeux inclus sont assez rudimentaires. Néanmoins, mon étrange quête a mis en lumière à la fois l’étonnante portée de ce que Digital Eclipse a réalisé avec ce package et ses limites.

C’est une expérience incroyable de voir un artiste se former ainsi sous vos yeux, alors que ses préoccupations et ses bizarreries apparaissent une à une, et que ses idées de conception s’affinent au fil du temps et commencent progressivement à se fondre en un tout cohérent. Il existe très peu de créateurs de jeux vidéo avec lesquels vous pourriez faire cela, soit parce que leur travail est plus dispersé et collaboratif, soit parce que leurs jeux ne sont pas si immédiatement immédiats ou si intensément personnels.

Cela aide que Minter soit incroyablement prolifique – ou l’était, au début de sa carrière – et soit également un itérateur branché qui n’a aucun scrupule à résoudre les problèmes de ses idées en public. En fait, il y a beaucoup moins de 43 jeux individuels ici, car Digital Eclipse inclut de nombreux ports réalisés par Minter et ses amis en supprimant des copies de ses succès sur de nouveaux systèmes. Plutôt que de dévaloriser le package, ceux-ci éclairent à la fois l’évolution de la technologie et la manière de travailler de Minter. Il est intéressant de voir comment les portages de jeux de l’ordinateur Commodore VIC-20 vers son successeur plus puissant, le Commodore 64, semblent souvent plus primitif, car l’expérience de Minter avec l’ancien système contraste avec son apprentissage des ficelles du métier avec le nouveau.

Beaucoup de ses premiers jeux sont des arnaques sans vergogne de classiques d’arcade comme Défenseur et Mille-Pattes, avec une ou deux de ses propres idées insérées. (En fait, la version sans licence de Minter de 1981 Mille-Pattes car l’ordinateur Sinclair ZX81, incroyablement primitif, a été fabriqué sans avoir joué à l’original.) Parfois, ces insertions sont des gaffes de caractère, comme le remplacement des AT-AT dans un ordinateur. L’Empire contre-attaque jeu avec des chameaux L’attaque des chameaux mutants. Parfois, ce sont des pépites de génie en matière de conception de jeux, comme les nœuds durcis qui encombrent et bloquent le champ de jeu de son ordinateur. Mille-Pattes-inspiré du classique de 1982, Gridrunner. Minter a sans doute préfiguré les communautés de modding actuelles dans la manière dont il a rétro-conçu ses bizarreries personnelles dans ses jeux préférés.

Couverture d'Attack of the Mutant Camels dans l'écran de la bibliothèque de jeux de Llamasoft: The Jeff Minter Story

Image : Éclipse numérique

Un chameau rose géant marche devant une vue imprenable sur les pyramides au coucher du soleil dans Attack of the Mutant Camels

Image : Éclipse numérique

C’est également ravissant de voir la personnalité de Minter se manifester à travers les jeux. D’abord, c’est sa façon de faire avec les mots : « EXCESS BAT MISERY », proclame un simple jeu de batte et de balle. Déflex V si vous placez trop de chauves-souris sur le terrain. Puis des touches visuelles surréalistes commencent à apparaître, comme un Monty Python main de Dieu qui arrache le joueur de l’écran dans un mode presque injouable Homme-rat. Les effets visuels stroboscopiques viennent ensuite, puis les jeux commencent à devenir beaucoup plus rapides et le son s’intensifie. années 1982 Attaque des Andes commence une obsession de toute une vie en remplaçant les gens dans un Défenseur cloner avec des lamas. Il y a un côté anglais satirique et paroissial dans les films comme ceux des années 1983. Le paradis des headbangers et jeu d’action avec tondeuse à gazon Survolez le dessus.

Encore meilleures sont les idées de conception, sournoises dans leur simplicité, que Minter utilise pour mélanger ce qui est pour la plupart une action classique de déplacement et de zap. Dans les années 1983 Zone Laser, le joueur contrôle simultanément deux tourelles sur les axes X et Y de l’écran. Les lamas cracheurs de laser de Bataille de lamas métagalactiques à la limite du temps faire rebondir leurs tirs sur un champ de force que le joueur peut augmenter ou diminuer pour contrôler les rebonds. L’action dans les années 1984 Moutons dans l’espace est suspendu entre des champs gravitationnels qui courbent les tirs vers le haut ou vers le bas.

Le problème de cette collection est sa portée tronquée, combinée à la productivité initiale absurde de Minter. Les 31 premiers jeux de la collection couvrent uniquement les années 1981 à 1984 ; il y a 12 jeux de 1983 seulement. Il est fortement orienté vers les titres qui sont intéressants sur le plan académique mais qui peuvent être pénibles à jouer. À partir de 1984, le récit change. Minter a entamé une phase fortement expérimentale qui a eu des résultats bizarres, comme la compilation de mini-jeux. Batalyxun flirt typiquement étrange et impitoyable avec les aventures-action non linéaires appelé Ancipitalet le complètement déroutant Maman Lama. Cela a également donné lieu à une sorte d’épiphanie avec Psychédélisme, un magnifique synthétiseur de lumière magnifiquement codé pour le C64 qui marquerait le début d’une longue histoire d’amour avec les synthés de lumière et les visualiseurs de musique. (Il est révélateur que Minter a passé en moyenne beaucoup plus de temps à coder ses synthés légers que ses jeux.)

Un personnage ressemblant à une chèvre dans une salle de cassettes rebondissantes et de têtes de mort dans Ancipital

Image : Éclipse numérique

La chronologie interactive de Llamasoft : The Jeff Minter Story montre une entrée sur « The British Games Console »

Image : Éclipse numérique

Puis, après une grande série de jeux de tir sophistiqués et techniquement brillants pour le C64 en 1986-87 (Iridis Alpha, La revanche des chameaux mutants 2et l’époustouflant Coureur du Videlequel est Gridrunner avec des vaisseaux à quatre joueurs et des effets torrides inspirés des synthés lumineux), tout a commencé à mal tourner. Minter s’est engagé, comme il le faisait souvent, sur le mauvais matériel et a perdu des années sur un projet de console de jeu britannique échoué appelé Konix Multi-System (il y a un jeu Konix inachevé inclus dans la collection Digital Eclipse – une curiosité très rare). Son rythme de développement s’est radicalement ralenti. En 1994, il fait un retour triomphal avec son chef-d’œuvre, Tempête 2000 pour l’Atari Jaguar – c’est là que L’histoire de Jeff Minter se termine brusquement, sans doute au moment même où Minter devient un artiste pleinement formé.

Dans une certaine mesure, c’est compréhensible : bon nombre des meilleurs jeux de Minter des 30 dernières années, notamment Girafe de l’espace et Polybe, restent disponibles dans le commerce sur Steam et ailleurs, et vraisemblablement ni Minter ni Digital Eclipse ne veulent cannibaliser les maigres ventes de Llamasoft. Mais cela signifie que ce portrait par ailleurs éclairant, drôle et minutieusement détaillé d’un artiste de jeu vidéo unique le coupe à son apogée.

Cela vaut quand même la peine d’être vérifié. Si vous le faites, ne soyez pas comme moi et ne jouez pas aux 43 jeux – jouez plutôt à ces cinq.

Gridrunner (1982)

Une capture d'écran de Gridrunner, encadrée par un vieux moniteur de télévision, montrant ses graphiques simples en 8 bits

Image : Éclipse numérique

Le remix aveuglant et suralimenté de Minter d’Atari Mille-Pattes est sans aucun doute le meilleur jeu de ses premières années, et celui auquel il reviendrait encore et encore. Il lui a fallu une semaine pour écrire la version originale du VIC-20, du début à la fin.

La porte de l’enfer (1984)

Porte de l’enfer prend l’action de tir à deux axes de Zone Laser et le reflète cruellement sur quatre axes, contrôlés simultanément. « L’idée même de Porte de l’enfer « C’était en partie une tentative délibérée de submerger », dit Minter dans le matériel documentaire de la collection, « mais néanmoins de donner suffisamment de contrôle pour pouvoir être en cause. Je voulais forcer l’entrée dans la « zone », l’endroit où l’on va et où l’on devient si bon. Robotron que tu ne comprends pas trop pourquoi, mais bon sang, ça fait du bien. Le jeu semble impossible au début, mais si vous y jouez réellement, alors il commence à fonctionner.

Espace colorimétrique (1985)

L’évolution de Minter de son Psychédélisme Le synthétiseur léger pour l’ordinateur Atari 8 bits est encore plus fascinant, avec une tonne de paramètres à manipuler si vous voulez passer sous le capot. Mettez du Pink Floyd, prenez un joystick et faites la paix.

La revanche des chameaux mutants 2 (1986)

Le dernier jeu de Minter pour son bien-aimé Commodore 64 est l’un de ses plus riches et pleins de caractère, avec des fonctionnalités aussi modernes qu’un magasin de mise à niveau et une carte quadrillée des emplacements à débloquer. Chaque niveau a une ambiance distincte et un assemblage sauvage d’ennemis surréalistes sur lesquels votre chameau marche et saute pour cracher.

Tempête 2000 (1994)

Une capture d'écran de Tempest 2000 : des éclairs crépitent dans un tunnel triangulaire violet tandis que l'écriture déformée indique EAT ELECTRIC DEATH !

Image : Éclipse numérique

Le remix intense et techno de Minter de la cabine d’arcade Atari classique à graphisme vectoriel – dans lequel les ennemis rampent dans un tube 3D vers votre vaisseau, s’accrochant à sa lèvre extérieure – est tout simplement l’un des plus grands shmups de tous les temps. Il y a quelque chose dans le fait de regarder le terrain de jeu dans le vide qui correspond parfaitement à ses sensibilités psychédéliques et flow-state.

Article précédent Nicholas Galitzine et Anne Hathaway, stars de « The Idea Of You », éblouissent au SXSW
Article suivant Des thrillers politiques émergent au cours d’une année électorale charnière – Series Mania
Salut à tous les gamers ! Je suis Robert Bertrand, un rédacteur web et passionné de jeux vidéo. Mon univers tourne autour des pixels, des manettes, et des aventures épiques qui font vibrer le monde du gaming. Doté d'une plume passionnée et d'une passion dévorante pour les jeux vidéo, j'ai navigué entre les lignes de codes et les univers virtuels. Mon parcours m'a amené à combiner ma passion pour l'écriture avec mon amour pour le gaming. En tant que rédacteur web spécialisé dans les jeux vidéo, je suis constamment à l'affût des dernières actualités, des sorties à ne pas manquer, et des tendances qui redéfinissent le paysage du gaming. Mon objectif est de partager avec vous des analyses approfondies et des recommandations éclairées. Parmi la multitude de jeux qui ont marqué mon parcours, "The Legend of Zelda: Ocarina of Time" reste mon incontestable favori. Cette aventure emblématique a marqué mon enfance, et la façon dont elle mélange narration immersive, exploration et bande son magistrale en fait une expérience qui résonne toujours profondément en moi.