AccueilFilmLe personnage de "La Planète des singes" photoshopé dans d'autres films

Nos derniers articles

Le personnage de « La Planète des singes » photoshopé dans d’autres films

Avez-vous déjà pensé à ce que ce serait de voir Koba de la série de films de redémarrage « La Planète des singes » dans d’autres films ? Nous non plus, ici à . C’était jusqu’à la semaine dernière, lorsque @jbromovies a publié ce tweet sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter.

@jbromovies ne savait pas à quoi ils s’attendaient, car ce qui a suivi a été une avalanche de chefs-d’œuvre photoshopés qui intègrent le personnage de « Apes » Koba dans chaque morceau de cinéma imaginable. De « Challengers » au « Roi Lion », il y a littéralement trop de joyaux parmi lesquels choisir, mais a rassemblé une collection des huit meilleurs, chacun présentant un arc possible sur la façon dont Koba pourrait être inséré dans l’intrigue du film. .

John Leguizamo

«12 hommes en colère» (1957)

Avec l’aide des intrigues de la « Planète des singes » précédemment utilisées, nous découvrons que Koba a survécu à la chute à la fin de « Dawn » et a voyagé dans le temps jusqu’en 1957, lorsque « 12 Angry Men » a lieu. Le jury masculin entièrement blanc est en colère contre le n°8 tirant le même couteau quand tout d’un coup, Koba fait irruption par la fenêtre avec un fusil d’assaut et les massacre tous. Il se déchaîne dans le palais de justice jusqu’à atteindre la cellule de prison du jeune homme jugé pour le meurtre de son père. Koba pointe son arme sur l’enfant et lui demande s’il l’a vraiment fait. L’enfant l’admet. Il a vraiment tué son père. Koba espérait qu’il dirait ça. Il ouvre la cellule et offre à l’enfant une place dans son clan. La vision de César se réalise : les humains et les singes travaillent en harmonie.

« Jeanne Dielman, 23 quai du Commerce, 1080 Bruxelles» (1975)

Koba apparaît comme l’un des clients de Jeanne Dielman. On ne voit pas la scène dans laquelle cela se déroule, mais Koba renonce à coucher avec Jeanne à la dernière seconde. Tout ce que nous voyons, c’est qu’il quitte son appartement embarrassé. Alors qu’elle vaque à son emploi du temps habituel, il est clair que sa présence et l’expérience ne la quitteront pas. Koba revient une autre nuit avec des courses. Il lui prépare le dîner. Il lui pose des questions sur sa journée. Ils mangent, puis restent assis en silence pendant un moment. Koba nettoie, puis s’en va. Jeanne sourit. Coupé en noir.

« Chaleur » (1995)

La première moitié du film se déroule exactement de la même manière, mais lors de la fusillade au centre-ville de Los Angeles, Koba apparaît et finit par tuer un groupe de flics, ainsi qu’une partie de l’équipe de McCauley, puis s’en va avec l’argent. De quoi un singe a-t-il besoin en argent ? Pas important. Ce qui est important, c’est que McCauley et Hanna soient énervés. Ils veulent retirer ce maniaque des singes de la rue. Peut-être qu’une partie d’entre eux veut aussi se venger. Laissant de côté leurs rôles de flic et de criminel, ils unissent leurs forces pour éliminer un véritable prédateur.

« Silences » (2016)

Deux prêtres sont envoyés au Japon au XVIIe siècle à la recherche de leur mentor, mais trouvent à la place une perspective élargie sur la foi. Ils rencontrent de nombreux chrétiens japonais souffrant qui ont désespérément besoin de leurs conseils spirituels, mais aucun plus que le singe Koba. Encore une fois, en utilisant l’intrigue du voyage dans le temps, il prétend aux prêtres qu’il a été renvoyé du futur et qu’il se retrouve dans une époque et un lieu qu’il ne comprend pas. Ils le pensent évidemment fou et tentent de le convaincre de suivre le chemin de leur seigneur et sauveur, Jésus-Christ, mais Koba se rend compte qu’il aura de meilleures chances de rejoindre le shogunat. Il finit par être chargé de traquer les prêtres, les plongeant dans une folie sauvage qui les fait se demander s’ils sont des hommes ou des bêtes. Koba laisse vivre l’un d’eux et le prêtre passe le reste de sa vie à croire secrètement que Koba est une divinité.

« Paddington 2 » (2017)

Après avoir été faussement accusé et envoyé en prison, Paddington semble avoir tiré le meilleur parti d’une mauvaise situation et transformé son environnement en un lieu beaucoup plus gentil et solidaire. Malheureusement, c’est à ce moment-là qu’un nouveau prisonnier, Koba, apparaît et met des bâtons dans les roues. Littéralement. Comme s’il avait battu un garde à mort avec une clé à molette. Après un certain temps en isolement, Koba se retrouve toujours isolé malgré son retour dans la population générale. Cela ne fait qu’alimenter encore plus son agressivité, alors Paddington décide de lui tendre une main bienveillante. Ce qui suit est en quelque sorte une réinterprétation de « My Fair Lady » ou « Pygmalian », Paddington aidant à socialiser Koba au point qu’il devient bientôt aimé des prisonniers. Utilisant ce nouveau pouvoir, Koba organise une violente évasion de prison avec les détenus. Paddington est obligé de trancher la gorge d’un garde, mais s’en sort vivant.

«Le Phare» (2019)

Les gardiens de phare Winslow et Wake sont au milieu d’une querelle ivre, quand finalement, l’appel d’offres du phare arrive pour les récupérer et déployer leur remplaçant. À leur grande surprise, ce remplaçant semble être un singe. Se présentant comme Koba et fumant une pipe en épi de maïs, Winslow et Wake ne savent pas s’ils doivent ou non céder leur poste à ce non-humain. Avant qu’ils puissent se décider, le bateau-citerne s’éloigne, laissant Koba derrière lui pour les rejoindre. Les trois s’enivrent. Winslow révèle qu’il n’est pas vraiment celui qu’il prétend être. Koba révèle qu’il a tenté de tuer son meilleur ami et de prendre sa place de leader. Wake se met nue et commence à agir comme un singe. Les cheveux de Koba commencent à tomber, tandis que ceux de Winslow deviennent de plus en plus longs sur tout son corps. Finalement, nous ne pouvons pas dire qui est humain et qui est singe, alors la lumière du phare les consume tous.

«CODA» (2021)

Vous pensez que c’est dur d’être l’enfant de parents non entendants ? Essayez d’être un singe abusé scientifiquement ! « KOBA » – une suite légère du populaire « CODA » primé aux Oscars en 2021 – suit le personnage principal Ruby alors qu’elle poursuit ses rêves universitaires et rencontre un batteur torturé nommé Koba. C’est le gars (singe) de rêve de Ruby, les seuls problèmes sont qu’il ne peut pas parler avec des phrases complètes et a du mal à contrôler ses émotions. Après avoir arraché le visage d’un de leurs professeurs, Ruby décide de le ramener chez elle à Gloucester pour se calmer. Là, Koba découvre l’amour d’une famille qu’il n’a jamais eue. Il abandonne la musique et devient pêcheur. Le film se termine avec sa perte en mer et Ruby chantant « Orinoco Flow » d’Enya.

«Vies antérieures» (2023)

Koba a passé de nombreuses lunes et soleils à réfléchir sur celui qui s’est enfui. Lui et Na Young (maintenant Nora) se sont rencontrés en Corée du Sud en 2000 (encore une fois à cause du voyage dans le temps), mais se sont rapidement séparés à la suite du déménagement d’elle et de sa famille en Amérique du Nord. Sans sa présence, il devient un singe violent et criminel, mais lorsqu’ils se reconnectent sur Facebook des années plus tard, il y voit une opportunité pour un nouveau départ. Malheureusement, la séparation technologique et la distance physique sont trop fortes pour Nora et elle coupe la communication. Lorsque Koba découvre que Nora s’est mariée avec un écrivain nommé Arthur, il jure de ne pas se reposer jusqu’à ce qu’Arthur soit massacré et que Nora soit à lui. Cependant, en voyageant à New York et en surprenant Nora, Koba se rend compte qu’ils sont devenus des personnes différentes et que les chances qu’ils ont eu l’un avec l’autre restent du passé. Il prend un verre avec elle et Arthur, puis, pendant que Nora est dans la salle de bain, arrache le visage d’Arthur.

Robert Bertrand
Robert Bertrand
Salut à tous les gamers ! Je suis Robert Bertrand, un rédacteur web et passionné de jeux vidéo. Mon univers tourne autour des pixels, des manettes, et des aventures épiques qui font vibrer le monde du gaming. Doté d'une plume passionnée et d'une passion dévorante pour les jeux vidéo, j'ai navigué entre les lignes de codes et les univers virtuels. Mon parcours m'a amené à combiner ma passion pour l'écriture avec mon amour pour le gaming. En tant que rédacteur web spécialisé dans les jeux vidéo, je suis constamment à l'affût des dernières actualités, des sorties à ne pas manquer, et des tendances qui redéfinissent le paysage du gaming. Mon objectif est de partager avec vous des analyses approfondies et des recommandations éclairées. Parmi la multitude de jeux qui ont marqué mon parcours, "The Legend of Zelda: Ocarina of Time" reste mon incontestable favori. Cette aventure emblématique a marqué mon enfance, et la façon dont elle mélange narration immersive, exploration et bande son magistrale en fait une expérience qui résonne toujours profondément en moi.

Latest Posts

A ne pas rater

Restons en contact

Soyez toujours à l'avance sur les dernières sorties !