Accueil Film Demetri Martin : Revue déconstruite de Demetri

Demetri Martin : Revue déconstruite de Demetri

0
Demetri Martin : Revue déconstruite de Demetri

Résumé

Dans un stand-up unique en son genre – dans le style d’une enquête criminelle – le public a droit à bien plus que de simples blagues génériques.

Cela fait longtemps que The Overthinker n’était pas sorti Netflixmais le comédien Demetri Martin revient sur le géant du streaming avec non pas un, mais deux spéciaux comiques, le premier étant Démétri déconstruit.

Martin a commencé à perfectionner son art sur le circuit dynamique du stand-up de New York après avoir obtenu son diplôme de Yale en 1995 et est connu pour introduire des instruments de musique ainsi que des aides visuelles dans ses numéros. Son one-man show, If I, a remporté le prix Perrier au Festival International Fringe d’Édimbourg, en Écosse, et a été transformé en émission spéciale pour la BBC. Il a eu une solide carrière et elle ne fait que s’améliorer.

Démétri déconstruit est un ensemble court et agréable d’une durée de seulement cinquante et une minutes. L’ensemble commence avec un Martin flou qui apparaît sur l’écran, avec des vérifications sonores effectuées autour de lui. Nous le regardons s’échauffer anxieusement et prendre une profonde inspiration, et nous sommes plongés dans cet « état d’esprit de comédie » autour du théâtre et de sa préparation intense.

Martin est comme un enfant géant avec ses longs cheveux en désordre, ses baskets et son haut rayé. C’est surprenant quand il s’exprime avec une voix grave et sombre et monotone, mais dans l’ensemble, il est facile à regarder et à écouter.

Martin a un style de narration, nous faisant vivre des expériences personnelles, mélangées à quelques répliques. Il nous fait découvrir les chevaux aux mulets, ses réflexions sur les sacs poubelles parfumés, les emplois de bureau, le paiement en espèces, les collations sucrées pour payer votre pute, et s’essaye même au travail de foule.

Demetri Martin : Demetri déconstruit

Demetri Martin : Demetri déconstruit | Image via Netflix

L’ensemble est en noir et blanc – ce que je dois admettre que je n’ai jamais vu auparavant – et il a une ambiance hollywoodienne classique, mais j’ai trouvé que cela enlevait l’énergie lumineuse que le théâtre live est censé avoir. C’est cool et décalé de voir comment cela se déroule comme un vieux drame policier en noir et blanc, mais je me suis demandé pourquoi. Je m’attendais à ce qu’il découvre quelque chose à la fin et résolve une affaire. Au lieu de cela, il se retrouve dans un laboratoire en disant qu’il doit prendre un laxatif mental, et un panneau indiquant « à suivre » apparaît…

Il s’agit d’une comédie spéciale assez non traditionnelle, avec beaucoup de montage en cours pour le public à la maison. Ceci, mélangé au noir et blanc, donne deux expériences complètement différentes à son public interne et à ses téléspectateurs. C’est intelligent, je suppose, pour donner envie au public de regarder son set deux fois.

Martin amène également un invité… c’est un démon méchant et jurant, qui est un dessin qu’il manipule et pour lequel il fait la voix. Cette section est très drôle et apporte une dimension ridicule au décor.

J’adore le son classique ba-dum-tss utilisé après ses blagues stupides et les nombreux éléments musicaux qui l’accompagnent. Étonnamment amusant et édifiant.

Que puis-je dire dans l’ensemble ? Martin fait du bon spectacle, c’est un showman. Bien que toutes ses cloches et sifflets soient divertissants, cela détourne l’attention de ce qu’il dit, et je me demande à quoi ressemblerait cet ensemble si vous supprimiez les bruits, le montage et les démons.

Demetri Martin : Demetri déconstruit est un stand-up spécial unique en son genre, et même si je ne riais pas aux éclats, son style m’intrigue pour son prochain. Je dois reconnaître qu’il parvient à investir beaucoup de temps en peu de temps et qu’il est divertissant tout au long.

Article précédent Shogun Episode 8 Preview – La série sera-t-elle différente du livre ?
Article suivant « Criminal » d’Ed Brubaker désigne Ryan Fleck et Anna Boden comme réalisateurs
Salut à tous les gamers ! Je suis Robert Bertrand, un rédacteur web et passionné de jeux vidéo. Mon univers tourne autour des pixels, des manettes, et des aventures épiques qui font vibrer le monde du gaming. Doté d'une plume passionnée et d'une passion dévorante pour les jeux vidéo, j'ai navigué entre les lignes de codes et les univers virtuels. Mon parcours m'a amené à combiner ma passion pour l'écriture avec mon amour pour le gaming. En tant que rédacteur web spécialisé dans les jeux vidéo, je suis constamment à l'affût des dernières actualités, des sorties à ne pas manquer, et des tendances qui redéfinissent le paysage du gaming. Mon objectif est de partager avec vous des analyses approfondies et des recommandations éclairées. Parmi la multitude de jeux qui ont marqué mon parcours, "The Legend of Zelda: Ocarina of Time" reste mon incontestable favori. Cette aventure emblématique a marqué mon enfance, et la façon dont elle mélange narration immersive, exploration et bande son magistrale en fait une expérience qui résonne toujours profondément en moi.